Trésorerie : Comment calculer le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et optimiser votre gestion financière

Trésorerie : Comment calculer le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et optimiser votre gestion financière

Le besoin en fonds de roulement (BFR) est crucial pour la santé financière d’une entreprise car il illustre les ressources nécessaires pour financer son exploitation courante. C’est un élément financier à ne pas négliger dans la gestion d’une entreprise.

Précision sur la notion de besoin en fonds de roulement

Le besoin en fonds de roulement normatif correspond à la partie du financement nécessaire pour l’activité, comme les stocks et les créances clients, qui n’est pas couverte par les dettes fournisseurs, ces dernières constituant les principales ressources d’exploitation. Ce besoin est calculé en jours de chiffre d’affaires hors taxes sur la base des informations tirées du compte de résultat. Il résulte de la différence temporelle entre l’encaissement des ressources et le décaissement des paiements, et cette mesure est obtenue grâce au bilan fonctionnel.

Étude des exigences en matière de besoins en fonds de roulement

Le fonds de roulement est essentiel pour couvrir le BFR (Besoin en Fonds de Roulement). Il illustre l’excédent des ressources durables, telles que les capitaux propres et les dettes à long terme, qui restent après avoir financé les actifs à long terme ou immobilisations. Pour en savoir plus sur cette notion, consultez la définition du fonds de roulement.

Un besoin en fonds de roulement supérieur à zéro

Pour assurer le bon déroulement du cycle d’exploitation d’une entreprise nouvellement créée, il est souvent indispensable de recourir à des financements additionnels. En effet, un fonds de roulement limité peut nécessiter l’utilisation de ressources supplémentaires. Parmi les solutions fréquemment adoptées lors des premières phases de l’activité, on trouve notamment les apports en comptes courants d’associés

Un besoin en fonds de roulement inférieur à zéro

Le fonctionnement de certaines entreprises, notamment dans le secteur de la grande distribution et les sociétés de services, est caractérisé par une autosuffisance financière. Ce phénomène est dû à deux facteurs clés :

  • Les ventes sont souvent réglées instantanément.
  • Le paiement aux fournisseurs est effectué selon des échéances prédéfinies.

Un BFR qui s’équilibre à zéro

L’adéquation est idéale entre les besoins d’exploitation et les ressources disponibles.

Exemple pratique pour comprendre le besoin en fonds de roulement

Pour bien gérer votre trésorerie et éviter des tensions financières, il est crucial de prévoir dans votre business plan le montant du besoin en fonds de roulement (BFR) et ses modalités de financement. Le BFR représente l’argent nécessaire pour couvrir les coûts des stocks et des crédits accordés aux clients qui n’est pas financé par les dettes d’exploitation. Ce montant varie selon le cycle d’exploitation et doit être financé à court terme par des options telles que les découverts bancaires ou les facilités de caisse.

Supposons que vous dirigiez une entreprise distribuant des produits d’entretien aux entreprises, avec un exemple détaillé de gestion de BFR :

  • Au début, vous commandez pour 5000€ de stock à vos fournisseurs, avec 30 jours pour payer. Votre actif et passif sont équilibrés, sans argent à sortir immédiatement.
  • Après 10 jours, vous vendez pour 3000€. Vous avez alors 2000€ de stock restant et une créance client de 3000€ ; le total actif égale toujours le passif.
  • Au bout de 30 jours depuis votre commande, il faut régler la facture du fournisseur s’élevant à 5000€, ce qui crée un besoin de financement correspondant.
  • Enfin, après 40 jours, en encaissant les paiements clients de 3000€ et avec toujours 2000€ en stock, vous avez un besoin en financement réduit à cette valeur en stock.

Ce scénario illustre comment le besoin en fonds de roulement évolue au fil du temps et souligne l’importance d’une bonne planification financière pour une entreprise naissante.

Le Fonds de Roulement Économique et le Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation

Le BFR global se divise principalement en deux catégories :

  • Le BFRE, qui correspond au besoin en fonds de roulement lié uniquement à l’opérationnel de l’entreprise.
  • Le BFRHE, qui englobe les besoins financiers externes aux opérations courantes.

Pour le BFRE, il faut prendre en compte deux aspects importants :

  • La dimension structurelle : elle concerne les délais accordés par l’entreprise à ses clients pour le paiement et les délais qu’elle négocie avec ses fournisseurs.
  • L’aspect conjoncturel : influencé par le niveau d’activité de l’entreprise. À titre d’exemple, une croissance soutenue peut induire un besoin accru de financement, une situation souvent vécue par les start-ups dont la trésorerie augmente rapidement avec leur expansion.

Estimation du Besoin en Fonds de Roulement

Pour réaliser des calculs financiers, deux méthodes peuvent être appliquées. D’une part, la différence entre les actifs circulants et le passif circulant permet de déterminer une valeur importante. Les actifs comprennent les stocks, la créance clients ainsi que d’autres créances, tandis que le passif englobe les dettes fournisseurs, fiscales, sociales et autres dettes.

D’autre part, soustraire la Trésorerie Nette du Fonds de roulement est également une formule utile.

Les éléments composant l’actif et le passif circulant sont :

  • Stocks
  • Créances clients (dont effets escomptés non échus)
  • Autres créances
  • Dettes fournisseurs
  • Dettes fiscales et sociales
  • Autres dettes

Ces instruments permettent aux entreprises d’évaluer leur situation financière courante.

Différenciation entre activités opérationnelles et non opérationnelles

Pour comprendre la structure financière d’une entreprise, il est essentiel de se pencher sur deux indicateurs clés :

  • BFR hors exploitation (BFRHE) : C’est la différence entre les actifs qui ne sont pas directement liés aux activités opérationnelles de l’entreprise et les dettes hors exploitation.
  • BFR exploitation (BFRE) : Il représente le solde entre les actifs utilisés dans le cadre des activités opérationnelles courantes de l’entreprise et les dettes relatives à ces mêmes activités.

Ces éléments permettent d’évaluer la gestion des ressources non nécessaires au fonctionnement quotidien de l’entreprise, ainsi que l’efficacité avec laquelle elle gère ses ressources opérationnelles.

Quels facteurs impactent le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) ?

  • La saisonnalité impacte l’indicateur de Besoin en Fonds de Roulement (BFR), rendant difficile le calcul sur la base d’un bilan fonctionnel, qui n’est qu’une image instantanée et non représentative des fluctuations au cours de l’année. Une solution serait de produire un état intermédiaire, tel qu’un bilan semestriel, pour une vision plus ajustée.
  • Le cycle d’exploitation influe sur le BFR, en particulier à cause du stock à financer qui allonge ce cycle.
  • L’intégration de l’entreprise affecte son BFR : une entreprise hautement intégrée aura moins de possibilités de jouer sur ses dettes fournisseurs afin de réduire son besoin en fonds de roulement.

Stratégies pour diminuer un besoin en fonds de roulement positif

Pour maintenir l’équilibre et la satisfaction client, il est crucial de prendre en considération les éléments marketing et stratégiques avant de prendre des décisions financières comme pressuriser les fournisseurs ou réduire les stocks qui pourraient affecter les délais de livraison.

  • Concernant les déttes fournisseurs, obtenir des délais de paiement plus longs peut influencer positivement le Besoin en Fonds de Roulement (BFR).
  • Il est essentiel de contrôler les créances clients, par exemple en limitant les délais de paiement ou en utilisant l’affacturage pour améliorer la gestion des encours clients.
  • Réduisez le niveau de stock avec précaution, en rationnalisant vos fournisseurs et références, afin d’éviter une suraccumulation inutile.

Un chef d’entreprise doit agir avec rigueur pour optimiser ces différents éléments clés.

Les coefficients d’examen du besoin en fonds de roulement à surveiller

Pour évaluer la performance d’une entreprise de manière continue et la comparer à ses concurrents, on observe le ratio BFR/chiffre d’affaires HT. Ce dernier reste généralement constant en l’absence de changements majeurs. Pour comprendre une variation de ce ratio, il est important de considérer les variations au niveau des stocks ainsi que les délais de règlement accordés par les clients et à fournisseurs. C’est un outil pertinent pour examiner la tendance sur plusieurs années fiscales.

Des coefficients de rotation pour une surveillance affinée

Les évolutions sont éclairées par une information de nature plus qualitative, transmise par ces indicateurs.

Durée des échéances de règlement consenties aux clients

Pour calculer la durée moyenne de crédit accordée aux clients, utilisez simplement cette formule :

  • Multiplication par 360 du rapport entre la somme des créances clients et des comptes rattachés et le chiffre d’affaires toutes taxes comprises.

Modalités de paiement concédées par le vendeur

Pour calculer le délai de paiement des fournisseurs, on utilise la formule suivante :

  • Multiplication par 360 du ratio entre les dettes fournisseurs avec comptes rattachés et les achats TTC.
  • Il convient de noter que le total des achats utilisé dans ce calcul est hors taxes, tel qu’il figure dans le compte de résultat.

Ainsi, cette méthode permet d’estimer la durée moyenne avant laquelle l’entreprise règle ses créances envers ses fournisseurs.

Gestion de l’inventaire et son renouvellement

  • Pour diffuser cet article, utilisez la fonction de partage.
  • Consultez la rubrique dédiée pour approfondir vos connaissances sur les ratios.
  • Multipliez le stock moyen par 360 et divisez le résultat par le coût d’achat des marchandises vendues.
Trésorerie : Comment calculer le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et optimiser votre gestion financière

Journaliste économique depuis plus de 15 ans. Il a collaboré avec plusieurs médias prestigieux. Spécialiste des questions de finance, d’innovation et de développement durable, il analyse avec rigueur et pédagogie les enjeux économiques du monde contemporain.